L’avant dernière semaine

Confessez nous dans un jardin.
Entre des moines des peupliers. 
Dans un silence à faire chanter.
L'écume des corps et la marée. 
Confessez tout dans un sourire.
L'échine l'écorce sans dire un mot.
Ce qu'on fait de nous dans un soupir.
Descendre en bas de plus en plus haut.
Et ça cogne et ça cogne.
Ya du sang dans la terre.
Et ça cogne et ça cogne.
Sortir de l'eau
prendre un peu d'air. 
Dans les corbières.
Sur les coteaux.
Et dans la terre.
Dans les roseaux.
Dans la rivière.
Ressortez tout de votre sac.
Mettez des mots sur vos chantiers.
Reformez vous vous êtes en flaque.
À corps perdu dans la cordée.
Et ça cogne et ça cogne.
De l'ombre à la lumière.
Et ça cogne et ça cogne.
De l'occitan et du calcaire.
Et ça cogne et ça cogne.
Y a du sang dans la terre.
Grâce aux coteaux
grâce à la terre.
Il coule de l'eau 
Dans la rivière. Dans les corbières.
Sortir de l'eau prendre un peu d'air