Idora

Ceux qui m'ont enfermée m'ont pris la moitié de moi-même
 et ils l'ont enterrée dans ce trou ; 
car je vivais aussi dehors, dans les forêts, dans le ciel 
et l'espace...
dans les regards de ceux que j'aime, 
dans tout ce qui se passe chez moi..
Oh je sais. 
Il y a des jours comme ça, où mon esprit vole tout bas, tout bas. 
Mais il est toujours vivant, et je tiens bon, car il y en a d'autres qui tiennent bon pour moi et je tiens bon pour d'autres, pour qu'ils tiennent aussi. Il n'enfermeront jamais 
ma capacité d'aimer ni de lutter. 
et seule, accompagnée, oubliée, ou toujours présente
, ils ne m'auront jamais. Mes fleurs tomberont une à une,
peut être mes les Arracheront Ils..
mais je garde en moi des milliers de graine, 
qui attendent que cet hiver finisse, que le printemps tant rêvé 
arrive enfin pour tous. 
En plus, des rayons lumineux arrivent dans des enveloppes pleines d'amour, amitié, solidarité.
Mes fleurs tomberont, mais moi, l'arbre, 
je serais toujours vivant.»
Idora (page 161-162 / Paroles de Détenus)