EnglishFrançais

EP #3

paru le 3 avril 2017

Musique :

Eric Mendez, Alix Godineau, Guilaume Pera, Julien Jadczak, Elliot Simon,

Textes : Elliot Simon

Enregistré en Mars 2017 par Jérôme Paté à l’Empreinte

Mixé et Masterisé par le grand Paul.

Visuel : Eric La Mathilde

 

1. Aurore

Absorber l’objectif

Évoquer l’irréel

L’imprudence est un cri

Un murmure perpétuel

Allonger la visée

Chercher des solution

s Perdus dans
nos vergers

Quitte à perdre la raison

Je crois que le temps est un leurre

Un prétexte inventé

C’est ici et ailleurs

Le droit d’appareiller

Sur un quai

Dans un rade

L’infini des Pléiades

De l’aurore boréale

2. Boréale

Échafauder des plans
Sur le pavé une pluie fine
Plus vite qu’un cabestan
De surcroît, on s’obstine
A Resserrer les dents
Ajuster notre assise
On est toujours vivant
Dans les caves on s’affine

A rêver jusqu’à la frénésie
Rêver porter par les vents
Rêver tout ce qu’est pas permis
Rêver juste comme un enfant
Rêver d’abord, un tour, pour rien
Rêver encore, toujours,plus loin

Y a aucune stratégie
Quand tu vis le jour et la nuit
Non il n’y a pas de pourparler
Pas de frontière, pas de monnaie
On est catégorique
toujours les yeux fermés
Des fantômes en musique
De l’amour à crever , contre vent et marée

3. Le silence est de neige

Toutes les lignes de ton corps sont des chutes
forment des flaques et des claques
Un étiage de pensées
C’est la fonte d’un glacier insoumis
Qui roule, bord sur bord et remonte
Au sommet des sapins
Dans le blizzard j’allume une cigarette
Pas à pas je franchis la tempête
Notre espoir est à couteaux tirés,
Qui sera le premier de cordée ?
Avalanche de mots n’y fait rien
Meurs chaque nuit ressuscite chaque matin
Et j’y crois tous les jours
Je veux naître
dans tes mains
Vivre sur tes lèvres
Sous une pluie de raisins
Apprivoiser ta fièvre
Je veux fondre au sommet
Sous un manteau d’étoiles
A la cime des forêts
Caresser ton visage

Esquiver, se soustraire ou subir
on fait le choix d’exister ou de partir
loin la bas dans l’hiver
Il s’agit de soulever des montagnes
Recouvrir tout ton corps de champagne
D’or et de lumière
de Pouilly de Sancerre
Sous la pluie on avance on s’arrête
On oublie l’oiseau dans la tempête
Il faudrait prendre le temps d’écouter
Le silence est de neige en été
Avancer sur le fil du rasoir
Peu à peu tout devient dérisoire
Tu m’apprends à t’aimer
A ne pas t’oublier