Au détour

Au détroit du sommet de l'immense
Tout est sourd on s'attache à défier la défiance
Tour à tour le manège recommence 
Contre jour de nos vies bienséantes

Battons le tambour contre le froid et la peur
Au carrefour des espoirs brûle toujours une lueur
Incessante, inhérente

C'est des oiseaux libres par tous les temps
Ivres sans faux semblant 
Fiers

Tous les jours quand t'y passes, quand t'y penses
Tout s'essouffle on s'agace à rentrer dans la danse
Au retour les vautours partent en chasse
Tour à tour tout se défausse tout se déplace 

C'est des oiseaux libres par tour les temps
Ivres sans faux semblant
Fiers
Quand les oiseaux chantent par tous les vents 
Chantent sans faux semblant
Fiers

Les contours de la honte se dessinent
Des passes passes faux fuyants on s'affiche en vitrine
Faites demi-tour au frein à main ce n'est pas un jeu
De perdre sa route trouver un chemin d'user ses pneus

Passes le bonjour à la mort plombe ses tuyaux
Au jour le jour on apprend à tomber plus haut
Haut dans les tours
Juste au détour


C'est des oiseaux libres par tour les temps
Ivres sans faux semblant
Fiers pendant longtemps 
Quand les oiseaux chantent par tous les vents 
Chantent au firmament 
Fiers